07/11/2015

Les effectifs sont stables depuis 2009 car la pression sur les prix et le renforcement  de la réglementation ont conduit les acteurs du secteur des dispositifs médicaux à s’internationaliser et à rationaliser leurs coûts.

 Le profil des salariés résulte également de la nature de l’activité, à la fois industrielle, technologique et médicale du secteur. Ainsi, la répartition des effectifs par niveau d’études laisse apparaître une forte proportion de niveaux CAP/BEP, BAC et BAC +2. La part des ouvriers est en revanche inférieure à la moyenne de l’industrie manufacturièrecar les entreprises du dispositif médical présentent en moyenne des organisations soutenues en R&D et des positionnements souvent fortement ancrés sur la commercialisation, l’installation et/ou l’après-vente. Les fonctions transverses sont en constante évolution (qualité, affaires réglementaires...). Cela explique la proportion élevée de cadres, de techniciens et de professions intermédiaires.

 De par ses composantes innovantes et technologiques, le secteur reste attractif pour des diplômés issus des professions de santé: médecin, pharmacien, ingénieur biomédical, infirmier, etc...